Augmentation des cancers de la peau : comment améliorer la prévention ?

Les cancers de la peau continuent à augmenter et pourtant ils peuvent être souvent évités grâce à une protection correcte. Comment mieux sensibiliser aux bons réflexes et à l’importance d’un dépistage ?

Question orale de Sabine Roberty du 03/05/22 à Christie Morreale, Ministre de la santé

Madame la Ministre, dans son Livre blanc publié fin mars, la Fondation contre le cancer rappelle que les cancers de la peau sont les plus fréquents dans le monde, y compris en Belgique.

En 2019, notre pays comptait 45 733 nouveaux cas. Il s’agit du seul cancer qui a connu une augmentation aussi significative au cours des deux dernières années. Ce sont des chiffres alarmants dont, malheureusement, la tendance à la hausse se poursuivra certainement au cours des 10 prochaines années.

Cette situation est particulièrement interpellante, car la plupart des cancers de la peau peuvent être évités grâce notamment à une protection correcte contre les rayons UV.

Madame la Ministre, avez-vous pu prendre connaissance de ce Livre blanc ? Quelle lecture faites[1]vous de ces informations ?

Il y a un an, vous annonciez à mon collègue, Maxime Hardy, que vous porteriez cette question des cancers de la peau en CIM Santé. Avez-vous bien tenu parole et quelles actions en découle-t-il ?

La Fondation contre le cancer plaide notamment pour un plan national d’action, comme il en existe un aux Pays-Bas. Pensez-vous que cette approche soit nécessaire ? La défendrez-vous au sein d’une CIM Santé ?

Qu’avez-vous mis en place dans la foulée au niveau wallon pour mieux sensibiliser les citoyens à ce type de cancer ?

Avec les beaux jours qui reviennent, et le soleil d’aujourd’hui en est la preuve, une nouvelle campagne d’information et de sensibilisation est-elle bien envisagée ?

La Fondation insiste également sur l’importance de l’accès aux mesures de prévention avec, par exemple, la mise à disposition de distributeurs de crème solaire ou une attention portée à la présence d’espaces ombragés dans des lieux tels que les plaines de jeux, les aires de pique-nique, et cetera.

Comment intégrez-vous cette recommandation dans votre politique de prévention et le futur plan WAPPS ?

Réponde de la ministre :

Madame la Députée, j’ai bien pris connaissance des observations et des recommandations de la Fondation contre le cancer dans le Livre blanc.

La Fondation contre le cancer, également soutenue par la Région, sensibilise à la prévention des mélanomes. En outre, actuellement la Société scientifique de médecine générale, soutenue par la Région wallonne et la Fédération Wallonie-Bruxelles, diffuse des messages de sensibilisation et organise des formations à destination des médecins généralistes sur le sujet.

Pour renforcer les messages de prévention et améliorer les pratiques, la Région wallonne finance depuis fin 2020 le site de référence infosante.be qui dispense des informations médicales fiables, scientifiques et accessibles à toutes et tous. Une fiche explicative spécifique au cancer de la peau y est disponible.

Les recommandations de la Fondation contre le cancer seront prises en compte dans la construction de la future programmation wallonne en promotion et prévention santé visant à mettre en œuvre le WAPPS.

La question du cancer de la peau est bien un point inscrit à l’agenda 2022 de l’intercabinet Prévention de la CIM Santé publique. Je ne manquerai pas de vous faire un retour dès qu’il aura été traité.

Sachez en tout cas que Epicura organise une journée de sensibilisation ce week-end à Mons, je pense que c’est samedi. On m’a proposé d’intervenir à cette occasion. Si cela vous intéresse, vous pouvez participer aux travaux pour avoir des éclairages sur cette question hautement importante. C’est vrai qu’il faut sensibiliser davantage. Dans mon entourage proche, j’ai quelqu’un qui y est malheureusement confronté. C’est quelque chose d’extrêmement sérieux et qui peut conduire à la mort. J’invite vraiment chacun et chacune à bien mettre de la crème solaire et, quand il ou elle a un point de beauté qui change, à voir en extrême urgence un professionnel de la santé pour détecter et enlever ces mélanomes qui peuvent avoir des conséquences dramatiques sur la vie des gens.

Réplique de la députée

Madame la Ministre, vous avez tout à fait raison de le rappeler ici en commission, mais je pense qu’il faut aussi en parler bien plus largement. Vous avez bien insisté sur l’importance de la prévention. Vous avez rappelé les gestes essentiels.

Effectivement, si un grain de beauté change, il faut en parler avec son médecin traitant. On garde aussi en tête que toutes les modifications cutanées qui sont un peu persistantes doivent conduire à une consultation.

Puis, je pense aussi qu’il est important de communiquer sur ce qu’est un comportement sain, ce qu’est un comportement qui ne l’est pas, et de rappeler les lourdes conséquences et les facteurs de risque.

On n’en parle jamais, mais il est aussi important de vérifier nos campagnes de sensibilisation, voir si elles touchent bien tous les publics et toutes les cibles que l’on avait envisagés. Sinon, c’est se tromper de combat. Je pense que l’on ne le fait pas suffisamment, mais il faudrait vérifier que nos campagnes de sensibilisation portent leurs fruits auprès des publics que l’on voulait justement sensibiliser. Merci.

Source : Site du Parlement de Wallonie, Compte rendu de la réunion de la Commission de l’emploi, de l’action sociale et de la santé du 3 mai 2022

 

NEwsletter