FWB – L’éveil culturel chez les enfants : suivi

Question orale du 14 septembre 2021 de Sabine ROBERTY à Bénédicte LINARD, vice-présidente du gouvernement et ministre de l’Enfance, de la Santé, de la Culture, des Médias et des Droits des femmes

L’intérêt d’un éveil culturel dès le plus jeune âge n’est plus à prouver. La culture apporte de la richesse au quotidien, permet de développer la confiance en soi et d’accueillir la différence. Elle enjoint les enfants à la curiosité et à l’ouverture. Peinture, comptines, dessin, théâtre ou encore danse sont autant d’activités permettant d’éveiller les plus petits à la culture. Madame la Ministre, je vous avais déjà interrogée à ce sujet le 11 février 2020. Un rapport d’évaluation de l’Office de la naissance et de l’enfance (ONE) concernant l’éveil culturel subventionné en structures d’accueil faisait mention d’un certain nombre d’améliorations à apporter aux dispositifs existants. Entretemps, la Covid-19 est passée par-là, mais, dans la mesure où les pratiques d’éveil culturel peuvent aujourd’hui reprendre dans les structures d’accueil, il est important de revenir sur le sujet pour mesurer les évolutions, même ralenties par la pandémie. La composition du jury de sélection des projets d’éveil culturel était manifestement source de crispations. Les artistes postulants avaient le sentiment de ne pas être jugés par leurs pairs. En février, vous m’aviez répondu qu’en raison des frustrations qu’elle suscitait, la composition du jury méritait d’être réétudiée. Qu’en est-il aujourd’hui ? Le rapport de l’ONE recommandait également de professionnaliser l’encadrement de l’accueil culturel. Vous aviez alors affirmé vouloir prendre le temps d’analyser la situation avant de vous prononcer. Depuis lors, vos réflexions ont-elles abouti ? Avez-vous pris des contacts avec le secteur ? Vous aviez également annoncé que plusieurs recommandations du rapport seraient réexaminées lors du prochain appel à candidatures. Sauf erreur de ma part, les spectacles qui vont reprendre sont ceux qui avaient été retenus pour l’année 2019-2020. Ont-ils été prolongés en raison de la pandémie ? Si oui, quand aura lieu le prochain appel à candidatures ? Aussi, la Déclaration de politique communautaire (DPC) prévoit l’instauration du parcours d’éducation culturelle et artistique (PECA) dès l’école maternelle. Vous aviez dit être favorable à son élargissement à la petite enfance. Où en sont vos réflexions à cet égard ? Les opérateurs de terrain ont-ils déjà été consultés ? L’ONE prévoit-il d’évaluer régulièrement les pratiques d’éveil culturel en structures d’accueil ? Si oui, quelle serait la fréquence de ces précieuses évaluations ? Enfin, en février 2020, l’une de mes questions était restée sans réponse. Je me permets donc de vous la poser de nouveau. Dans quelle mesure les activités d’éveil culturel tiennent-elles compte des enfants en situation de handicap ?

Réponse de Bénédicte LINARD, vice-présidente du gouvernement et ministre de l’Enfance, de la Santé, de la Culture, des Médias et des Droits des femmes.

Ce sujet me tient fort à cœur et se situe à la croisée de mes compétences dans les domaines de la culture et de l’enfance. Madame la Députée, vous avez cité un rapport datant du début de l’année 2020 et portant sur l’ancienne programmation en éveil culturel de l’ONE. La crise sanitaire a reporté la mise en œuvre de cette programmation. Permettez-moi de vous répondre en parlant des perspectives du projet. L’accès et la participation à une vie culturelle diversifiée participent au développement global de l’enfant et se révèlent cruciaux dès le plus jeune âge. Simultanément à l’intégration du PECA dans l’enseignement obligatoire, je travaille à renforcer l’offre d’éveil culturel dans le milieu de la petite enfance. Je vise un renforcement quantitatif et qualitatif dans ce domaine en vue de garantir les droits culturels des enfants. Le nouveau contrat de gestion de l’ONE prévoit donc un élargissement et une diversification de l’éveil culturel. Nous devons renforcer l’accès à une diversité de vies culturelles et favoriser la participation à cette diversité. Toutes les activités proposées visent deux objectifs conjoints : d’une part, la découverte d’une œuvre et d’une pratique par l’enfant et, d’autre part, l’expérimentation et le développement de la créativité de l’enfant à partir de cette découverte. Le renforcement de l’offre d’activités d’éveil culturel dans la petite enfance se concrétisera à travers un dispositif ouvert à tous les milieux d’accueil de la petite enfance et des consultations pour enfants. Le dispositif participera également à la stratégie de renforcement de l’accès à l’accueil de la petite enfance dans une perspective de lutte contre les inégalités. Les milieux d’accueil ouvriront ainsi leurs portes, dans le cadre de ces activités d’éveil, à des enfants de leur quartier qui ne fréquentent pas un milieu d’accueil. Ces derniers pourraient alors, à travers ces activités, découvrir le monde de la culture et celui de l’accueil de la petite enfance en même temps. Pour préparer la mise en œuvre du nouveau dispositif, un projet-pilote d’éveil culturel est en cours d’opérationnalisation en deux lieux, l’un à Bruxelles et l’autre en Wallonie. Son financement est basé sur mes crédits facultatifs de l’année 2020. Le projet-pilote accorde une attention particulière à l’inclusion de tous les enfants, y compris les enfants à besoins spécifiques ou en situation de handicap. La diversité des activités éligibles, le professionnalisme et l’expérience des opérateurs culturels et la formation du personnel du milieu d’accueil sont autant de modalités qui permettront de rendre le dispositif adaptable aux besoins spécifiques des enfants. J’ai bien sûr veillé à renforcer la collaboration entre l’ONE, l’Administration générale de la culture et le Conseil supérieur de la culture (CSC) pour créer des synergies durant la mise en œuvre du projet, en élargissant notamment le nombre d’opérateurs culturels visés par les appels à candidatures. L’évaluation du dispositif, pour ce qui concerne les milieux d’accueil, sera intégrée au bilan de fonctionnement réalisé tous les cinq ans, avec un bilan intermédiaire à mi-parcours. Ce bilan de fonctionnement est un outil d’auto-évaluation qui permet au milieu d’accueil, en impliquant son personnel et en dialogue avec l’ONE, de faire le point sur son projet d’accueil, notamment. Le processus est en cours d’adaptation en vue d’une harmonisation avec les dispositions prévues dans le nouveau contrat de gestion de l’ONE et comprendra à l’avenir un volet consacré au dispositif d’éveil culturel.

Réplique de Sabine ROBERTY

Madame la Ministre, je constate que vous travaillez à améliorer l’offre sur les plans qualitatif et quantitatif. C’est essentiel. Vous avez annoncé le lancement de deux projets-pilotes, l’un à Bruxelles, l’autre en Wallonie. Je suis heureuse d’entendre que ces projets portent une attention particulière aux enfants en situation de handicap. Nous devons accorder de l’importance à ces enfants extraordinaires. Je sens que ce sujet vous intéresse grandement. Je n’hésiterai donc pas à vous interroger ultérieurement pour prendre connaissance des avancées réalisées et des résultats des appels à projets qui seront lancés.

 

Photo de Artem Podrez provenant de Pexels

NEwsletter