FWB – Prévenir le racisme dès l’enfance

Question orale de Sabine ROBERTY du 9 mars 2021 à Bénédicte LINARD, vice-présidente du gouvernement et ministre de l’Enfance, de la Santé, de la Culture, des Médias et des Droits des femmes.

Le racisme est malheureusement encore omniprésent dans nos sociétés. Nous en sommes tantôt témoins, tantôt victimes. Tous et toutes, nous devons le combattre, sans relâche. Les enfants ne sont pas racistes par nature; ils demeurent neutres, tandis que nous, adultes, sommes remplis de préjugés. Si les enfants venaient à émettre des commentaires racistes, ce serait le résultat d’un apprentissage ou d’une imitation. Par contre, dès leur plus jeune âge, les enfants ont tendance à s’identifier à des gens qui leur ressemblent. Ils sont plus attirés vers ces derniers. C’est déjà à ce moment-là que la prévention doit commencer. D’après plusieurs psychopédagogues, plus on expose un enfant aux différences culturelles, dans les domaines du langage, de la gastronomie, de l’habillement ou encore des coutumes, plus il découvre la richesse de cette diversité. Nous pouvons raisonnablement espérer que des enfants qui vont régulièrement à la rencontre de l’autre soient moins enclins au racisme. Plusieurs pistes peuvent être explorées pour prévenir le racisme chez les enfants, pour les sensibiliser à cette injustice: favoriser la diversité culturelle dans les jeux et loisirs; nommer et expliquer les différences culturelles; reconnaître la différence et la démystifier; sensibiliser aux droits humains; parler du racisme dans l’histoire et de ses conséquences.

Madame la Ministre, le 5 janvier dernier, vous avez posté sur Twitter un message de soutien à Cécile Djunga, affirmant que le racisme est un fléau et qu’il doit être combattu par l’éducation et que la prévention doit être menée à tous les niveaux. Comment entendez-vous faire de la prévention à votre niveau de compétences ? Qu’avez-vous déjà mis en œuvre à cet effet depuis le début de la législature ? Quelle place est réservée à la prévention du racisme dans le plan d’action relatif aux droits de l’enfant (PADE) ? Récemment, j’ai lu un article qui disait très justement que les parents sont la première fenêtre des enfants sur le monde. Madame la Ministre, comment entendez-vous sensibiliser les parents à cette problématique majeure ? L’acceptation de l’autre passe aussi par la découverte et la rencontre culturelle dans toute sa richesse et sa diversité. Entendez-vous favoriser la rencontre des enfants avec les cultures étrangères ?

Réponse de Bénédicte LINARD, vice-présidente du gouvernement et ministre de l’Enfance, de la Santé, de la Culture, des Médias et des Droits des femmes.

Madame la Députée, la sensibilisation des citoyens est au cœur du travail mené par les associations actives dans la lutte contre le racisme depuis de nombreuses années. Au début du mois d’octobre 2020, j’ai eu le plaisir de rencontrer des représentants de la coalition NAPAR, qui rassemble une soixantaine de ces organisations et plaide en faveur d’un plan d’action interfédéral de lutte contre le racisme. Cet échange a permis de prendre la mesure des attentes de la société civile et des efforts restant à mener en la matière. La mise en œuvre de ce plan interfédéral, attendu de longue date, doit apporter des réponses à ces préoccupations. Je prendrai ma part dans ce travail, tout comme mes collègues du gouvernement. Le futur plan interfédéral de lutte contre le racisme ciblera de nombreux domaines d’action relevant des compétences de la Fédération WallonieBruxelles. Le caractère transversal de cette problématique rend nécessaire une implication de chacun dans son champ de compétences. Les domaines de l’enseignement, de la culture ou des médias sont particulièrement concernés. Le rôle qu’ils peuvent jouer dans la socialisation des citoyens, la découverte de l’autre et la déconstruction des préjugés en font des vecteurs capitaux de toute politique de lutte contre le racisme. En ce qui concerne les médias, il est essentiel que les opérateurs donnent à voir et à entendre la société dans toute sa diversité, que ce soit à l’écran ou en coulisses, au cinéma ou dans les séries. Les supports d’information doivent promouvoir la diversité à travers les profils des intervenants et les membres des rédactions. À ce titre, la base de données Expertalia, qui recense les coordonnées d’experts et d’expertes issus de la diversité, est un pas dans la bonne direction pour favoriser la pluralité dans le monde de l’information et le débat public. L’accueil de la petite enfance et l’accueil temps libre (ATL) sont également des vecteurs dans la lutte contre le racisme. Le principal défi est d’outiller les professionnels pour qu’ils développent une approche inclusive et intègrent la diversité dans leurs activités. Le PADE, récemment adopté, met en évidence la nécessité de soutenir et de renforcer les initiatives existantes dans ce domaine. À cet égard, la formation des professionnels qui encadrent les enfants est déterminante. L’arrêté du gouvernement de la Communauté française du 11 février 2021 fixant le programme de formation continue des professionnels et volontaires en fonction dans les secteurs de l’accueil de la petite enfance et de l’accueil temps libre, les professionnels des services de promotion de la santé à l’école, les volontaires dans les consultations pour enfants, les accueillants dans les services spécifiques de soutien à la parentalité charge les opérateurs de formation agréés par l’Office de la naissance et de l’enfance (ONE) de proposer des programmes incluant la dimension de la lutte contre le racisme. Le PADE contient également des actions nouvelles dans le domaine de l’éveil culturel et du décloisonnement de l’environnement dans les milieux d’accueil de la petite enfance. Ces dimensions s’entendent naturellement comme une ouverture sur le monde et sa diversité, à travers la découverte d’expressions artistiques variées. Je souhaite développer cette approche dans le prochain contrat de gestion de l’ONE, qui est en cours d’élaboration.

Réponse de Sabine ROBERTY.

Merci, Madame la Ministre, pour toutes vos réponses. Je suis consciente que le racisme est un phénomène très large. Aborder le racisme avec les enfants, dès leur plus jeune âge, est une ambition très vaste, dont on ne peut faire le tour avec une simple question parlementaire. Néanmoins, je vous interrogerai régulièrement au cours de cette législature afin de constater les avancées dans ce domaine. Le plan d’action interfédéral de lutte contre le racisme est également très attendu. Il permettra de travailler de manière transversale et de renforcer les actions futures. Je suivrai aussi ce qui sera proposé par l’ONE à travers son nouveau contrat de gestion.

 

Photo de cottonbro provenant de Pexels

NEwsletter