Le sport au féminin – comment encourager la présence et la représentation des femmes dans le milieu du sport ?

Question écrite du 27 avril 2022 de Sabine ROBERTY à Valérie GLATIGNY, ministre de l’Enseignement supérieur, de l’Enseignement de promotion sociale, des Hôpitaux universitaires, de l’Aide à la jeunesse, des Maisons de justice, de la Jeunesse, des Sports et de la Promotion de Bruxelles

La présence des femmes dans le milieu sportif et leur représentation est un réel enjeu. En effet, force est de constater que l’écart dans la pratique sportive entre les filles et les garçons est toujours fort présent et se creuse dès l’adolescence. Au-delà de ce défi de la promotion de la pratique sportive chez les jeunes filles et les femmes, d’autres enjeux sont liés à la problématique telle que la question de la sous-représentation des femmes dans les instances décisionnelles ou encore le traitement médiatique des performances sportives féminines.

Dans ce contexte, l’année dernière, vous avez annoncé le lancement d’un plan visant à promouvoir la pratique sportive chez les jeunes filles et les femmes (Plan «Sports au féminin»). Ce plan est composé de 17 mesures réparties en cinq axes:

chiffrer et rendre plus visibles les inégalités hommes-femmes dans le domaine du sport

  encourager et favoriser la pratique sportive chez les femmes

  assurer une meilleure représentation des femmes dans les instances décisionnelles des fédérations sportives;

lutter contre les discriminations et les violences sexistes

  sensibiliser la presse à la place du sport féminin dans les médias.

Madame la Ministre,

Pouvez-vous faire le point sur la mise en œuvre de ce plan ambitieux?

La campagne «Plus sportives» a été initiée, notamment avec le lancement d’un site internet dédié à la promotion du sport féminin. Disposez-vous déjà d’une première évaluation de cette campagne?

  En 2021, la sensibilisation des associations féminines et féministes aux dispositifs organisés par l’ADEPS a été initiée, notamment trois séances d’information relatives aux marches «Points verts». Une dizaine d’associations prévoyaient ainsi d’organiser des marches en 2022. Pouvez-vous faire le point sur l’organisation de ces événements? Un agenda est-il déjà fixé?

Disposez-vous aujourd’hui de nouvelles données chiffrées permettant de mieux appréhender la question de la représentativité des femmes dans le monde du sport?

  En ce qui concerne la question des médias, avez-vous eu l’occasion de rencontrer les rédactions de la presse francophone et les représentants de la RTBF et des médias de proximité pour les sensibiliser à l’importance d’une meilleure couverture du sport féminin?

Avez-vous eu des échanges à ce sujet avec votre collègue en charge des médias?

Réponse de Valérie GLATIGNY, ministre de l’Enseignement supérieur, de l’Enseignement de promotion sociale, des Hôpitaux universitaires, de l’Aide à la jeunesse, des Maisons de justice, de la Jeunesse, des Sports et de la Promotion de Bruxelles.

Cet ambitieux plan est pleinement opérationnel actuellement. Un site dédié a été créé «plus-sportives.be» afin d’informer sur la situation et l’évolution de ce plan, de diffuser des bonnes pratiques, mais également de recenser les actions mises en place partout en Fédération Wallonie-Bruxelles.

Une campagne de communication a déjà été lancée et relayée dans différents médias.

À ce jour, 50,9 % des consultations du site proviennent de source «directe», à savoir des utilisateurs qui ont écrit précisément l’URL sur la barre de recherche puis, 21,2 % du suivi du «referral» à partir des sites de l’ADEPS et des partenaires qui mentionnent la campagne et enfin, des réseaux sociaux à 17,9 %. Le pic de visite du site a été atteint en novembre/décembre 2021 à la suite de la campagne menée dans les médias faisant partie d’IPM group. Il a également été constaté que 13,3 % des visiteurs reviennent sur le site. À cet égard, il conviendra d’augmenter tant le contenu que les propositions d’activités afin de multiplier le trafic.

C’est notamment dans ce contexte que le programme des cours sportifs en ligne de l’ADEPS, dont la majorité des inscrits sont des femmes, a été conçu.

Outre ces volets, il y a eu l’organisation de deux webinaires consacrés à la thématique en la déclinant sous différents aspects et qui ont rencontré un vif succès en 2021. Plus récemment, le 30 avril 2022, le colloque Guy Namurois était consacré exclusivement à la place de la femme dans le sport avec de nombreuses intervenantes de haut niveau.

Par ailleurs, sur le terrain législatif, une modification du Décret du 3 mai 2019 portant sur le mouvement sportif a été entérinée par le Parlement le 28 octobre 2021. Cette modification oblige les conseils d’administration de nos fédérations et associations d’être composés d’au maximum 2/3 d’administrateurs de même sexe. En termes quantitatifs, chaque année, pour le 31 mars, dans le respect des exigences prévues par le décret précité, mon administration doit recevoir, des fédérations et associations sportives, de nombreuses données dont la composition de leur conseil d’administration. À cause du Covid-19, la transmission de ces informations a pris un peu de retard. En compilant ces données, il a été comptabilisé 636 postes d’administrateurs dont 189 sont occupés par des femmes soit, 30 %. À ce jour, six fédérations disposent encore d’une dérogation découlant de l’ancien quota, car elles n’étaient pas en mesure de répondre aux impératifs du Décret du 3 mai 2019 portant sur le mouvement sportif organisé qui imposait, à l’époque, un maximum de 80 % d’administrateur de même sexe. Prochainement, les chiffres des affiliés au 31 décembre 2021 seront disponibles, ce qui permettra également de juger, avec les réserves liées au Covid-19, l’évolution au niveau de la pratique.

En outre, j’ai récemment eu le plaisir de rencontrer l’administrateur général de la RTBF et je lui ai notamment parlé des initiatives prises par certaines fédérations en faveur des femmes, dont celle de la Ligue de hockey francophone («Girl Power»). Des discussions sont en cours pour la mise en place d’espace dans la programmation pour intégrer des capsules vidéo favorisant le sport au féminin.

Au niveau des médias, au quotidien nous pouvons percevoir un changement rédactionnel. Par ailleurs, le partenariat de mon administration avec le groupe IPM remplit l’objectif d’une diffusion positive de messages en faveur de la promotion du sport féminin.

Enfin, en partenariat avec l’ASBL Pink Ribbon, durant le mois de mai, l’ADEPS a l’objectif de mobiliser un maximum de personnes pour réaliser 10 000 pas par jour, et utilise les «Points verts» pour dynamiser cette initiative.

 

Photo de Artem Podrez: https://www.pexels.com/fr-fr/photo/femmes-sport-competition-formation-5942016/

NEwsletter