PW – Housing first

Retour sur la nouvelle enveloppe de 350 000 euros annoncée pour soutenir les relais sociaux dans la mise en place du dispositif « Housing first ». En parralléle, une évaluation est-elle prévue ?

Question écrite du 19 février 2020 de Sabine ROBERTY à Christie MORREALE, Vice-présidente, Ministre de l’emploi, de l’action sociale, de la santé et des droits des femme

Dans sa DPR, le Gouvernement annonçait faire de la lutte contre le sans-abrisme une de ses priorités, notamment en renforçant les mécanismes « housing first ».

Récemment, des actes concrets ont suivis avec une enveloppe de 350 000 € supplémentaires pour soutenir les relais sociaux wallons dans la mise en place du dispositif. Ainsi, chacune des 7 villes wallonnes qui comptent un relais social va recevoir 50 000 € pour l’engagement d’une personne supplémentaire spécifiquement dédiée au projet Housing first.

La spécificité de ce mécanisme est de considérer le logement comme une première étape, mais qui doit être complétée par un accompagnement pour vraiment permettre une réinsertion et éviter le retour à la rue. Parce que c’est là que réside le réel défi. Et les retours du terrain sont largement positifs, avec un taux de maintien dans le logement de près de 90 %.

Mais aujourd’hui, si le projet est très pertinent, il ne permet d’accompagner qu’un nombre restreint de personnes, c’est pourquoi ces moyens supplémentaires sont une vraie bonne nouvelle.

Pouvez-vous revenir sur ce nouveau financement des relais sociaux pour le projet Housing first ?

Une évaluation des projets en cours et des besoins a-t-elle été réalisée ou est-elle prévue ? Actuellement, combien de personnes peuvent -être accompagnées ?

Pour arriver à rencontrer les objectifs du dispositif « Housing first », une des difficultés est également de pouvoir trouver des logements à mettre à disposition des sans-abris, c’est pourquoi il est directement lié au financement des « capteurs logement » dont votre collègue le Ministre Dermagne a la compétence. Actuellement, quatre sont financés, ceux de Charleroi, de Liège, de Namur et de Mons. Une réflexion a-t-elle été initiée avec votre collègue pour éventuellement accompagner les relais sociaux des villes qui ne disposent pas encore de capteurs logements subsidiés ?

Réponse du 16 avril 2020 de Christie MORREALE, Vice-présidente, Ministre de l’emploi, de l’action sociale, de la santé et des droits des femme

Un budget additionnel de 350 000 euros a été dégagé en faveur des Relais sociaux et, plus particulièrement, pour des projets visant la réinsertion des « primos sans abri », c’est-à-dire des personnes arrivées récemment en rue. Un appel à projets leur a été adressé et tous les Relais y ont répondu.

L’objectif de cet appel à projets est d’atteindre immédiatement les personnes qui se retrouvent depuis peu en rue et de leur proposer un accompagnement adéquat ; de façon à éviter qu’elles ne s’y enlisent et que leur situation se chronicise.

L’intention n’est pas de délaisser les personnes entrées depuis plus longtemps dans le sans-abrisme et pour lesquelles un travail de longue haleine doit continuer à être mené par l’ensemble des services. Il s’agit, ici plus particulièrement, d’agir rapidement en amont d’un risque de chronicisation du sans-abrisme.  Cette offre vient finalement compléter le dispositif existant.

Ces personnes, confrontées à la rue depuis peu, bien que très probablement en situation de crise, peuvent encore être rapidement mobilisables. Un accompagnement immédiat et adapté, avec le concours et la collaboration des différents acteurs et partenaires, de soutenir la réinsertion de ces personnes.

En termes d’évaluation, un premier comité d’accompagnement se réunira au démarrage des projets et un second en fin d’année pour évaluer et ajuster au besoin les différents projets.

Au niveau du nombre de personnes accompagnées dans le cadre du dispositif « Housing First », il est estimé qu’1 ETP peut accompagner 8 à 10 personnes.  L’évaluation des futurs projets consacrés aux « primos sans abri » nous permettra d’identifier la norme.

En ce qui concerne les capteurs logements, 6 ont été financés en 2019 : 5 (Charleroi, La Louvière, Liège, Namur et Mons) par mon collègue, le Ministre Pierre-Yves Dermagne et 1 (Tournai) par mon département.  Il est prévu pour 2020 que le Ministre du Logement apporte son soutien aux 6 capteurs logements. 

Il est à noter que le relais social de Verviers n’a jusqu’à présent pas souhaité mettre en œuvre le dispositif de capteur logements ; expérimentant un autre projet en matière d’accès au logement.

 

NEwsletter