PW – Le commission de la condition de la femme de l’ONU

La 65e session de la Commission de la condition de la femme de l’ONU se réunira du 15 au 26 mars. Une position commune à l’ensemble des autorités belges a-t-elle été arrêtée en CIM Droits des femmes ?

Question orale de Sabine Roberty du 02/02/21 à Christie Morreale, Ministre des droits des femmes

Madame la Ministre, la 65e session de la Commission de la condition de la femme de l’ONU se réunira prochainement, du 15 au 26 mars, avec comme thème les femmes dans la sphère publique et la participation égale à la prise de décision.

Pour la Belgique, c’est la ministre Bénédicte Linard qui sera la porte-parole des autorités.

Une position commune à l’ensemble des autorités belges a-t-elle été arrêtée en CIM Droits des femmes ? Quels sont les axes retenus dans cette position ? Comment envisagez-vous par la suite de les implémenter en Wallonie ?

S’agissant d’un thème en lien avec la participation des femmes au pouvoir, des actions concertées avec votre collègue ministre des Pouvoirs locaux seront-elles envisagées par la suite afin d’accroître la présence des femmes au niveau décisionnel local ?

Réponse de la ministre :

Madame la Députée, depuis plusieurs années, la Fédération Wallonie-Bruxelles et la Wallonie ont convenu de participer à tour de rôle aux sessions de la Commission de la condition de la femme aux Nations unies. Cette année, c’est effectivement mon homologue, Bénédicte Linard, qui sera le porte-parole pour nos deux entités.

La position commune à l’ensemble des autorités belges a été arrêtée dans une réunion de coordination multilatérale le 23 février, réunion qui est organisée sous la houlette des Affaires étrangères.

Le thème prioritaire cette année est la participation pleine et effective des femmes à la vie publique et à la prise de décision, l’élimination de la violence pour parvenir à l’égalité des genres et à l’autonomisation de toutes les femmes et les filles.

Pour ce qui concerne la promotion de la participation équilibrée des femmes à la prise de décision à tous les niveaux, un certain nombre de lois sur les quotas ont été adoptées en Belgique pour promouvoir une participation plus équilibrée des femmes à la prise de décision, notamment au niveau politique, au sein du gouvernement et dans les conseils d’administration des sociétés privées et des organisations à but non lucratif.

En Wallonie, comme c’est prévu dans la DPR, je m’attelle avec l’ensemble de mes collègues du Gouvernement à renforcer progressivement la prise en compte de la dimension de genre dans chaque domaine politique. D’ici 48 heures, le Gouvernement devrait, je l’espère, marquer son accord sur le plan Genre qui s’écoulera jusqu’en 2024.

Des mesures visant à renforcer la participation équilibrée des hommes et des femmes dans les organes de décision des organismes publics ou encore dans les organes consultatifs y seront bien présentes. D’ici 48 heures, je serai en mesure de vous donner l’ensemble des mesures qui sont portées par tous les membres du Gouvernement.

Un des points d’attention que l’on a mis quand on s’est installé, c’est de considérer que l’égalité des chances, l’égalité entre les hommes et les femmes, n’était pas une matière spécifique.

Bien sûr, je suis la ministre des Droits des femmes, mais, pour que ce soit effectif, il faut que les lunettes « genre » rentrent dans chacune des têtes des ministres concernés et des « cabinettards » aussi, pour les appeler comme cela.

On a travaillé d’arrache-pied pour les sensibiliser et les informer parce que ce n’est pas encore totalement acquis. Il y a un gros travail de sensibilisation qui a été fait.

Je suis d’ores et déjà ravie de voir que, in fine, les collègues ont proposé ou vont accepter les propositions que je leur ai soumises.

Réplique de la députée :

On ne peut que se réjouir de la réponse de Mme la Ministre. Ce sont 48 heures difficiles à attendre parce que l’on se réjouit de voir ce plan Genre. On aura l’occasion ensemble de rebondir plusieurs fois jusqu’en 2024 sur les effets qu’il produira.

On ne peut que se réjouir de ce plan Genre et également de regarder avec vous derrière les mêmes lunettes. Vous parliez de lunettes et de prisme. On regardera ensemble dans la même direction par rapport à cela.

Source : Compte-rendu intégral de la commission de l’emploi, de l’action sociale et de la santé du 2/03/21 du Parlement de Wallonie

 

NEwsletter