PW – Un appel à projet pour les maisons médicales

Pour améliorer l’accès aux soins en zones rurales, un nouvel appel à projet pour le développement des maisons médicales est lancé en Wallonie. D’autre soutiens sont-ils envisagez ?

Question orale du 11/05/21 de Sabine Roberty à Christie Morreale, Ministre de la santé

Madame la Ministre, nous avons déjà régulièrement évoqué la question des zones en pénurie, notamment dans les zones rurales, où les médecins manquent souvent.

Dans la Déclaration de politique régionale, le Gouvernement a fait de l’accessibilité financière et géographique aux soins de santé une priorité. Pour y parvenir, il s’est notamment engagé à développer l’installation des maisons médicales, et ce, en priorité, dans les zones en pénurie.

Des actes concrets ont suivi, puisque vous avez annoncé le lancement d’un nouvel appel à projets permettant aux maisons médicales d’acquérir ou d’équiper des bâtiments neufs. Avec un budget de 5,5 millions d’euros, ce projet doit permettre d’amplifier le développement de ces structures.

Envisagez-vous d’autres soutiens pour le développement des maisons médicales ?

Quelle place occupe la question des maisons médicales dans votre réflexion plus large sur la première ligne de soins ?

D’autres mesures ont-elles été prises pour augmenter l’accessibilité financière et géographique aux soins de santé, en particulier dans les zones en pénurie ?

Une extension du programme Impulseo pour soutenir les médecins de campagne est-elle possible ?

Réponse de Christie Morreale, Ministre de la santé

Madame la Députée, le programme européen FEADER permet le développement des maisons médiales et ainsi l’accès aux soins de santé en zone rurale. Un sixième appel à projets vient d’être lancé. Il nous permettra, au terme de la programmation, de soutenir au moins 30 projets portés par les ASI agréées.

Les maisons médicales constituent un maillon essentiel du développement des pratiques multidisciplinaires de première ligne dans les communes wallonnes. Je ne dis pas cela parce que vous avez quelqu’un de très proche qui y travaille. Chaque année, de nouvelles maisons médicales obtiennent l’agrément wallon. Actuellement, le dispositif connaît une augmentation moyenne d’environ six nouvelles associations de santé intégrée. Cela nécessite une croissance annuelle du budget d’environ 500 000 euros par an. Un tel montant a été intégré dans le budget 2021. Je m’y suis tenue et j’ai été soutenue par mes collègues. La Wallonie entend bien poursuivre cette croissance dans les prochaines années. De 2015 à 2021, le nombre d’associations de santé intégrée a augmenté de 45 %. En outre, dans le cadre de l’évaluation du précédent Plan de lutte contre la pauvreté, l’IWEPS a publié, en 2019, une étude menée en 2018 sur le volet santé de ce plan. Elle montre combien les associations de santé intégrée améliorent l’accès aux soins de santé de première ligne pour les publics précarisés en Région wallonne. Cela conforte notre constat.

Le dispositif Impulseo rencontre également de plus en plus de succès.

En ce qui concerne plus spécifiquement l’accès aux soins dentaires, bien qu’aucun financement n’ait été transféré à la Wallonie pour la santé buccodentaire, elle est évidemment une priorité.

Un projet de soins mobiles en santé buccodentaire préventifs et curatifs est envisagé, en priorité pour les personnes les plus vulnérables, c’est-à-dire les personnes qui vivent en institution, soit parce qu’elles sont âgées, soit parce qu’elles seraient en situation de handicap. Les modalités pratiques sont en cours de validation au sein des différentes instances de l’AViQ et de discussion auprès de nos différents partenaires. Le plan national Maladies chroniques a lui aussi abordé le thème de la santé buccodentaire, prenant en compte notamment la formation d’assistants dentaires qui pourraient décharger les dentistes de certaines tâches.

Enfin, les Assises de la première ligne, dont on a pas mal parlé dans cette commission, seront lancées en septembre et permettront de dégager d’autres pistes d’action pour contribuer à l’élargissement de l’offre en prestataires de première ligne dans les zones citées

Réplique de Sabine Roberty

Merci pour vos réponses. Vous avez raison, les maisons médicales, les centres de médecine intégrée sont un maillon essentiel quand on parle de soins et de soins de proximité.

Je tiens à souligner que c’est une initiative qui poursuit un objectif d’accessibilité aux soins de santé pour toutes et tous sur l’ensemble du territoire wallon. Cela va permettre d’amplifier le développement de structures de soins dans les zones les plus reculées. C’est une excellente initiative. On suivra le dossier de près

Source : Compte-rendu intégral de la commission de l’emploi, de l’action sociale et de la santé du 11/05/21 du Parlement de Wallonie

NEwsletter