Le lancement de l’Observatoire du sans-abrisme

Le Gouvernement a annoncé la création de l’Observatoire du sans-abrisme afin de pouvoir disposer de données quantitatives et qualitatives concernant les personnes sans-abri pour soutenir une politique efficace. Quel en sera le fonctionnement ?

Question écrite de Sabine Roberty du 30/06/22 à Christie Morreale, Ministre de l’emploi

Sous cette législature, le Gouvernement a fait de la lutte contre la pauvreté et de la sortie du sans-abrisme une de ses priorités.

Dans ce contexte, nous avons appris il y a quelques jours la création de l’Observatoire du sans-abrisme. Cet organisme a notamment pour objectif de pouvoir disposer de données quantitatives et qualitatives concernant les personnes sans-abri et d’assurer la mise en place et le suivi d’une stratégie globale de lutte contre la grande précarité.

Qu’avez-vous défini comme mode de fonctionnement pour cet Observatoire ?
Comment associerez-vous les acteurs de terrain à son fonctionnement ?

L’Observatoire doit également permettre aux pouvoirs locaux d’y trouver une expertise. Avez-vous initié un travail avec votre collègue en charge des Pouvoirs locaux pour identifier les données et outils dont ils pourraient avoir besoin en priorité ?

Nous le répétons également souvent en commission lorsque nous abordons cette question, il n’y a pas de baguette magique pour sortit du sans-abrisme, les situations sont complexes, et c’est pourquoi vous avez développé une série de projets d’accompagnement, je pense par exemple à housing first.

Parmi ces dispositifs, vous souhaitez également lancer une expérience pilote « zero sans-abrisme ». Avez-vous pu avancer sur l’élaboration de cette initiative ?
Si non, pourquoi ?

Savez-vous quand le ou les premiers appels à projets seront lancés ?

Réponse de la ministre du 11/07/22

La création de l’Observatoire wallon du sans-abrisme (OWSA) est un pas important vers la mise en place d’une stratégie coordonnée de sortie du sans-abrisme et je me réjouis de cette avancée.

Pour mener à bien ses travaux, l’Observatoire sera doté de trois composantes :
– son équipe, logée au sein du SPW Intérieur et Action sociale (SPW IAS), dotée à terme de 3,5 ETP. Elle sera chargée de convoquer les réunions, de préparer les documents de travail, d’organiser les travaux et leur planification, etc.
– son Comité d’accompagnement, composé d’acteurs institutionnels pertinents (les Cabinets du Ministre-Président, de l’Action sociale et du Logement, le Haut Conseil Stratégique, l’AViQ, le SPW IAS et le SPW TLPE, ainsi que l’IWEPS). Ce Comité veillera au bon fonctionnement de l’Observatoire et soutiendra l’équipe de l’Observatoire, afin que celle-ci dispose des moyens nécessaires à l’accomplissement de ses missions. Enfin, il organisera le fonctionnement, ainsi que les travaux de l’Observatoire et pourra solliciter une analyse ou un avis ;
– son Comité de concertation, composé des acteurs clés de la lutte contre le sans-abrisme qui concentrera l’expertise, aussi bien de terrain que scientifique. À ce titre, il remettra des avis en lien avec l’orientation de la politique de lutte contre le sans-abrisme. Ses avis seront produits d’initiative ou à la demande du Comité d’accompagnement. Les acteurs de terrain occuperont donc un rôle prépondérant.

Par ailleurs, une attention particulière sera réservée aux pouvoirs locaux, puisqu’en termes de territoire, il s’agit de l’échelle privilégiée pour développer des solutions en réponse au phénomène du sans-abrisme. La Fédération des CPAS et les Relais sociaux seront d’ailleurs associés aux travaux du Comité de concertation. De plus, l’Observatoire associera les autorités locales dans le cadre du traitement de questions spécifiques. Comme ce Comité a vocation à centraliser l’expertise en matière de sans-abrisme, il pourra également être interpellé par les pouvoirs locaux.

Enfin, le déploiement de projets pilotes de type « Territoires zéro sans-abri » constitue un des chantiers prioritaires de l’Observatoire qui nécessite une préparation en amont. Je compte ainsi opérationnaliser cette initiative en 2023.

Source : Site du Parlement de Wallonie

 

NEwsletter