Le financement des maisons de ressourcement en Wallonie

Depuis quelques années, des espaces bien-être, maisons mieux-être ou encore maisons de ressourcement proposant aux patients des soins et des activités variées visant à améliorer leur qualité de vie pendant et après les traitements, ont vu le jour en Wallonie. Comment les soutenir ?

Question écrite de Sabine Roberty du 14/02/22 à Christie MORREALE, Ministre de la santé

Madame la Ministre a annoncé fin 2021 un financement structurel de 540 000 euros pour 9 maisons de ressourcement en Wallonie pour la période 2021-2022.

Jusqu’à présent, les maisons de ressourcement concernées tenaient leur financement uniquement de sponsors, de donateurs et d’appels à projets.

Madame la Ministre peut-elle donner plus de détails sur ce financement ?

Sur base de quels critères le financement est-il réparti ?

Ce financement concerne-t-il toutes les maisons de ressourcement wallonnes ?

Sinon, comment les maisons concernées ont-elles été sélectionnées ?

Couvrent-elles l’ensemble du territoire wallon ?

Réponse du 09/03/22

Depuis quelques années, des espaces bien-être, maisons mieux-être ou encore maisons de ressourcement proposant aux patients des soins et des activités variées visant à améliorer leur qualité de vie pendant et après les traitements, ont vu le jour en Wallonie. Ces lieux de rencontres proposent une approche holistique de la personne atteinte d’un cancer en lui permettant de prendre soin d’elle, de découvrir d’autres horizons et de rencontrer des pairs. Ces maisons apportent un soutien émotionnel, social, physique, moral. Elles proposent un accompagnement de soins non conventionnels pour atteindre, avec les traitements thérapeutiques hospitaliers, une médecine dite intégrative.

La médecine intégrative promeut des soins personnalisés dans une vision globale de la prise en charge de l’individu (facteurs individuels, aussi bien physiques que psychiques). Dans ce cadre, elle propose une prise en charge multidisciplinaire à travers un parcours de soins coordonné où chaque soin est pensé pour le patient et proposé au bon moment de son parcours de soin. Elle fait appel à des équipes formées en médecine conventionnelle et en thérapeutiques complémentaires, dans le respect des choix du patient et de ses particularités. Le yoga, l’ostéopathie, l’acupuncture, la nutrition, etc. s’articulent ainsi avec la radiothérapie, la chirurgie, la chimiothérapie, etc. pour fournir à chacun la réponse thérapeutique la plus pertinente et une prise en charge globale du patient, de l’annonce de la maladie à l’après-cancer par exemple. Cet accompagnement qui est proposé en post-traitement permet également de travailler l’aspect préventif avec le patient afin de limiter une récidive par de bonnes habitudes alimentaires et d’hygiène de vie proposées lors d’activités collectives.

Jusqu’alors, les maisons de ressourcement ne menaient leurs activités que grâce à des donateurs, des sponsors, des dîners caritatifs et des appels à projets. La Wallonie ne soutenait pas ces initiatives qui répondaient pourtant aux besoins d’une prise en charge de qualité pour les patients souffrant de pathologies cancéreuses.

Le 14 juillet 2021, le Gouvernement a approuvé le deuxième ajustement du budget de l’Agence wallonne de la santé, de la protection sociale, du handicap et des familles. Cet ajustement prévoyait l’inscription d’un budget de 540 000 euros pour le financement de coordinateurs au sein des maisons de ressourcement. Les 9 maisons de ressourcement wallonnes, réparties sur l’ensemble du territoire, ont été informées de cette décision, et invitées à introduire une demande de subvention. Compte tenu du budget disponible, le montant du financement prévu était de maximum 60 000 euros par maison. Certains opérateurs n’ont toutefois pas sollicité ce montant maximum. Sur la base des demandes introduites, le financement accordé s’élève finalement à 450 250 euros pour les 9 maisons. Ce financement couvre la période du 1er juillet 2020 au 31 décembre 2022.

L’objectif de cette mesure est d’assurer le financement d’un coordinateur temps plein, fonction importante pour garantir une organisation optimale dans ces maisons de ressourcement.
Le secteur a reçu l’annonce de ce financement avec beaucoup de soulagement dans une période où les activités caritatives sont compliquées à tenir dans le contexte pandémique que nous connaissons.

Source : Site du Parlement de Wallonie

 

NEwsletter