Les espèces envahissantes

La liste d’espèces exotiques envahissantes produite par l’Union européenne permet d’être attentif à la situation chez nous. Quelles espèces sont présentes en Wallonie ?

Question écrite de Sabine Roberty du 03/02/22 à Céline Tellier, Ministre de l’environnement

En juillet 2019, le Journal officiel de l’Union européenne a mis à jour sa liste d’espèces exotiques envahissantes (EEE). Cette dernière a alors été allongée de 17 références. Parmi celles-ci, deux étaient déjà̀ présentes en Wallonie (l’ailante glanduleux et la perche-soleil), et trois autres étaient susceptibles de s’y installer : la pampa pourpre, le lespédèze soyeux et le ver plat.

En vue de limiter la propagation des espèces déjà présentes, et de surveiller les espèces à risque, des mesures doivent être planifiées. Le prédécesseur de Madame la Ministre avait mis en avant la nécessité de mettre à jour les données et les systèmes de surveillance en place afin de pouvoir agir de manière raisonnée.

Madame la Ministre peut-elle faire le point sur la présence des espèces reprises dans la liste susmentionnée en Wallonie ?

Des mesures ont-elles été programmées en Wallonie pour limiter la propagation de ces espèces susmentionnées ? Le système de surveillance a-t-il pu être actualisé pour tenir compte des nouvelles espèces listées ?

Enfin, des contrôles ont-ils été effectués dans les secteurs concernés (animaleries, jardineries, pépinières…) ? Des infractions de commercialisation ont-elles été constatées ?

Réponse du 07/03/22

La liste d’espèces exotiques envahissantes préoccupantes pour l’Union européenne a effectivement été complétée en 2019, avec l’ajout de 17 nouvelles espèces. Un nouvel ajout pourrait également se faire cette année, pour autant qu’une majorité qualifiée se dégage en ce sens parmi les différents Etats Membres de l’Union.

Comme l’honorable membre le souligne, la plupart des espèces ajoutées en 2019 ne sont pas présentes sur le territoire wallon et il en va de même pour la nouvelle proposition introduite par la Commission européenne.

Le système de surveillance géré par le SPW ARNE a été mis à jour de manière à intégrer toutes les espèces listées dans le cadre de la réglementation européenne qui sont présentes ou pourraient s’établir sur le territoire wallon, en ce compris les 5 taxa qu’elle cite.

A ce jour, seules l’ailante glanduleux et la perche soleil ont été détectés en Wallonie. L’ailante glanduleux est principalement signalé dans les milieux urbanisés, en particulier aux alentours des principales villes qui jalonnent la dorsale wallonne (Tournai, Mons, Charleroi, Namur, Huy et Liège). La perche soleil se retrouve principalement dans les plans d’eau et les canaux de la Province de Hainaut, mais a été aussi détectée récemment dans un étang à proximité d’Etalle, en Province de Luxembourg.

Je présenterai prochainement au Gouvernement wallon un projet d’arrêté d’exécution du Décret relatif à la prévention et à la gestion de l’introduction et de la propagation des espèces exotiques envahissantes, en vertu duquel des plans de lutte pourront être adoptés pour encadrer la gestion des espèces préoccupantes pour l’Union largement répandues en Wallonie, comme l’ailante et la perche soleil.

S’agissant de la perche soleil, comme la plupart des poissons exotiques, elle fait partie du groupe 4 prévu par le Décret sur la pêche du 27 mars 2014. En vertu de son arrêté d’exécution du 18 février 2021, elle ne peut pas être détenue ou transportée vivante de manière à éviter qu’elle ne soit disséminée dans l’environnement. Il n’existe en outre pas de limite quant à la taille et au nombre de spécimens qui peuvent être prélevés dans le milieu naturel.

A ce jour, peu de contrôles ont été réalisés sur le terrain et aucune infraction n’a donc pu être constatée. Ces contrôles s’intensifieront toutefois après l’adoption de l’arrêté sur les espèces exotiques envahissantes que je viens de mentionner.

Source : Site du Parlement de Wallonie

 

NEwsletter