PEACE : un projet pour éduquer au bien-être animal dans les écoles

Le Projet PEACE participe à éduquer les enfantes à avoir le bon comportement en présence d’un chien.

Question écrite de Sabine Roberty du 16/02/22 à Céline Tellier, Ministre du bien-être animal

Éduquer les enfants, dès le plus jeune âge, aux bons comportements à adopter en présence d’un chien est essentiel.

En ce sens, Madame la Ministre annoncé dernièrement soutenir le projet « PEACE » porté par l’ASBL Minimôme Maximômes. Il s’agit d’un programme éducatif destiné aux enfants de classes maternelles.

Au travers d’activités ludiques dans les écoles, l’objectif de ce projet est entre autre que les enfants acquièrent des outils pour entrer en communication avec les chiens. Ce projet se base notamment sur l’apprentissage de consignes de sécurité, mais aussi sur la valorisation de l’empathie.

Madame la Ministre peut-elle nous en dire plus sur le soutien qu’elle apporte à ce projet ?

Au-delà de la prévention liée aux morsures, quels sont les autres objectifs de ce projet ? Les animations sont-elles gratuites pour les écoles ?

L’initiative rencontre-t-elle un succès auprès des écoles ? Quels sont les liens éventuels noués avec la FWB et la Ministre de l’Éducation à ce sujet ?

Réponse de la Ministre du 10/03/22

En effet, je soutiens le projet « PEACE » porté par l’ASBL Minimômes Maximômes. Il s’agit d’un programme éducatif destiné aux enfants de classes maternelles qui, au travers d’activités ludiques, acquièrent des outils pour ajuster leurs comportements avec les chiens et ainsi réduire le risque de morsure. Cet apprentissage ne repose pas sur l’acquisition des consignes de sécurité, mais sur la valorisation de l’empathie et la compréhension du comportement de l’animal et de ses besoins. Je trouve cette approche particulièrement intéressante.

D’autres résultats sont attendus dans le cadre de ce projet de sensibilisation, notamment la diminution des abandons et des éventuelles euthanasies des animaux.

Les bénéfices pour les enfants sont également multiples à travers la valorisation de l’empathie. « Se mettre à la place de » se décline ici envers les chiens, et cette compétence pourra s’élargir aux autres animaux, y compris les animaux sauvages. Ce type de démarche sensibilise les enfants au respect du vivant, tout simplement. Elle est aussi bénéfique dans les relations humaines, les enfants ayant appris à être attentifs aux émotions de leurs camarades. L’observation et la connaissance des animaux enseignent aussi l’origine de ses propres comportements.

En outre, cette animation reprend également une activité sur la propreté publique, et sensibilise également aux obligations que la détention d’un animal induit.

Ces animations sont gratuites pour les écoles. Le budget accordé défraie l’animateur.

Les années précédentes, cette initiative a connu un beau succès dans les écoles. La crise sanitaire avait malheureusement mis le projet en veille. Les activités devraient recommencer prochainement jusqu’à fin juin, vu l’allègement des mesures sanitaires. Cette initiative devrait être évaluée en fin d’année scolaire.

En ce qui concerne la pertinence d’une collaboration avec la Ministre de l’Éducation, je rejoins totalement l’honorable membre. J’avais d’ailleurs écrit à la Ministre pour l’informer des projets de sensibilisation au bien-être animal existants en Wallonie, et l’inviter à une collaboration. Je n’ai malheureusement pas encore reçu de réponse à ce jour.

Source : Site du Parlement de Wallonie

 

NEwsletter