Alcool au volant : la Wallonie s’équipe de bornes éthylotests

Question écrite du 2 septembre 2022 de Sabine Roberty à Valérie de Bue, Ministre de la Fonction publique, de l’Informatique, de la Simplification administrative, en charge des allocations familiales, du Tourisme, du Patrimoine et de la Sécurité routière

Le 17 juin dernier, Madame la Ministre lançait un projet pilote pour permettre aux conducteurs wallons de mesurer leur alcoolémie au travers de bornes éthylotests. Ces bornes sont proposées comme des outils de sensibilisation et de conscientisation en diffusant notamment des messages de prévention et en proposant des alternatives en vue de modifier les comportements.

La Région a ainsi fait l’acquisition de 6 bornes prototypes qui sont placées successivement dans les différentes provinces wallonnes d’ici la fin de l’année. Après un lancement dans le Brabant wallon, les bornes sont actuellement à Liège et devraient ensuite partir pour la province de Namur puis du Luxembourg pour finir dans le Hainaut.

Si l’évaluation finale est prévue pour la fin de l’année, à l’issue du projet pilote, une évaluation progressive était également prévue.

Après un peu plus de deux mois, quels enseignements peuvent déjà être tirés de l’initiative?


Les bornes sont-elles utilisées par les conducteurs? Un changement de comportement est-il constaté chez les utilisateurs?


Les lieux définis par l’AWSR ont-ils permis de toucher efficacement le public?


Après ces premières semaines d’opération, des modifications sont-elles déjà prévues pour les installations dans les autres provinces?


En fonction des premiers résultats, Madame la Ministre envisage-t-elle déjà de poursuivre l’expérience au-delà du projet pilote?


Comment le dispositif pourrait-il évoluer?

 

Réponse de Valérie de Bue, Ministre de la Fonction publique, de l’Informatique, de la Simplification administrative, en charge des allocations familiales, du Tourisme, du Patrimoine et de la Sécurité routière

Les bornes éthylotests louées à la société Fline dans le cadre de la mise en œuvre du projet pilote ont été placées dans 6 établissements festifs du Brabant wallon du 17 juin au 17 juillet dernier. Elles ont été utilisées près de 3 700 fois pendant cette période, ce qui a permis à l’AWSR de dresser un premier bilan intermédiaire du projet.

En voici les résultats principaux :

1. La moitié des utilisateurs des bornes sont des hommes âgés entre 16 et 34 ans. Par ailleurs, plus de 70 % des personnes ayant fait usage de la borne étaient conducteurs lors de la soirée.

2. Les chiffres montrent qu’un peu plus d’un utilisateur sur 2 (54 %) avait un taux supérieur à la limite légale de 0,5 gramme par litre de sang.

3. La difficulté à s’autoévaluer son alcoolémie ressort dans les résultats enregistrés par les bornes. Un conducteur sur 3 n’avait en effet pas correctement évalué si son alcoolémie était supérieure ou inférieure à la limite légale.

4. Une personne sur 5 (22 %) ayant obtenu un résultat positif indique avoir pris conscience qu’elle avait trop bu grâce à la borne. Par ailleurs, 70 % des utilisateurs positifs se sont adaptés après avoir soufflé en diminuant leur consommation d’alcool et/ou en postposant leur trajet retour afin d’avoir le temps d’éliminer l’alcool ingéré.

Depuis le 26 août, les bornes sont installées en province de Liège dans des établissements choisis en collaboration avec les zones de police locales. Un bilan pour cette province sera également publié par l’AWSR début octobre.

Lors de la première expérience en Brabant wallon, aucun problème majeur n’a été rencontré. Même si quelques soucis au niveau opérationnel ont pu être constatés comme des problèmes de connexion Wifi, nécessité de mettre à jour l’étalonnage des bornes plus régulièrement, etc., des solutions ont pu être apportées par l’AWSR et la société Fline en charge de la maintenance des bornes.

La mise en place des bornes dans la Province de Liège a, par ailleurs, été postposée du mois d’août au mois de septembre afin de pouvoir réaliser ces adaptions, mais également parce les vacances d’été représentent une période très calme pour les lieux de fêtes visés par le projet pilote (bars et discothèques) en raison des nombreux évènements organisés pendant l’été en dehors de ces établissements (festivals …).

L’objectif d’un projet pilote et des évaluations intermédiaires qui sont menées est également de tirer ce type d’enseignements et de pouvoir, si nécessaire, réaliser des adaptations avant le déploiement dans une nouvelle province.

À ce stade, il est encore trop tôt pour préciser la poursuite de projet l’année prochaine. Cela dépendra des résultats de l’évaluation finale attendue début 2023. Les premiers résultats publiés par l’AWSR sont encourageants au regard de l’utilité des bornes, mais ne peuvent toutefois pas être généralisés. Le projet se poursuivra en effet jusque fin d’année et ces données sont donc susceptibles d’évoluer en fonction des résultats enregistrés dans les autres provinces. Les réalités de terrain vont différer d’un lieu à l’autre : milieu urbain ou rural, publics différents ainsi des établissements de types différents avec notamment des salles de concert dans certaines provinces.

En fonction de l’évaluation finale, les bornes éthylotests interactives pourraient renforcer les dispositifs de prévention mis à disposition des zones de police locales par la Région. Elles pourraient également être utilisées dans d’autres types de lieux que les bars et discothèques principalement visés par le projet pilote comme des restaurants, des buvettes de clubs sportifs, et cetera.

NEwsletter