FWB – L’art, un bienfait pour la santé ?

Une étude internationale démontre les bienfaits de l’art dans le secteur de la santé tant physique que mentale. Des initiatives existent-elles en Fédération Wallonie-Bruxelles ?

Question orale du 28 janvier 2020 de Sabine ROBERTY à Bénédicte LINARD, Ministre de l’enfance, de la santé, de la culture, des médias et des droits des femmes

L’art peut être bénéfique pour la santé, tant physique que mentale. C’est l’une des principales conclusions d’un récent rapport du bureau régional pour l’Europe de l’Organisation mondiale de la Santé (OMS), intitulé «Quelles sont les bases factuelles sur le rôle des arts dans l’amélioration de la santé et du bien-être?». Cette étude très complète a analysé plus de 900 publications issues du monde entier. Les exemples cités dans ce rapport démontrent comment les arts permettent d’améliorer la santé et de gérer des problèmes tels que le diabète, l’obésité ou les problèmes de santé mentale. Les arts sont ainsi décrits comme des outils bénéfiques pour la santé tout au long de la vie, que ce soit dans une optique de promotion de la santé et de prévention ou dans le cadre d’objectifs curatifs et de facilitation des soins. Dans les établissements de santé, les activités artistiques peuvent servir de complément aux protocoles habituels. Ainsi, l’étude affirme que l’écoute de musique peut limiter les effets secondaires de certains traitements contre le cancer.

Ce rapport constitue une étape importante dans la réflexion sur l’introduction de prescriptions d’activités artistiques ou sociales dans le cadre des soins de santé. Cette question touche à plusieurs compétences, à savoir la culture et les arts, mais aussi la santé et l’enseignement supérieur pour ce qui concerne la formation des professionnels.

Madame la Ministre, avez-vous pu prendre connaissance du rapport de l’OMS? Qu’en pensezvous? Avez-vous connaissance d’initiatives existantes en Fédération Wallonie-Bruxelles? Des études ont-elles déjà été menées sur le sujet? Pour faciliter le développement de ces pratiques, il est nécessaire de créer des ponts durables entre les organismes artistiques et les professionnels de la santé. Votre cabinet s’est-il déjà penché sur la manière de procéder pour contribuer efficacement à cet objectif?

Réponse de Bénédicte LINARD, Ministre de l’enfance, de la santé, de la culture, des médias et des droits des femmes

La santé est influencée par de nombreux facteurs: les conditions de vie, les conditions environnementales et l’éducation, mais aussi la dimension culturelle. Le rapport de l’OMS est très intéressant parce qu’il démontre, par l’analyse de plus de 900 publications sorties entre les années 2000 et 2019, le rôle positif des arts dans l’amélioration de la santé et du bien-être global des individus.

Les arts au sens large jouent un rôle important dans la prévention ainsi que dans la prise en charge et le traitement des maladies tout au long de la vie. Le rapport confirme la pertinence du choix d’investir dans les activités artistiques et, plus globalement, dans les activités d’éveil culturel pour le développement de l’enfant. Depuis une vingtaine d’années, des initiatives particulièrement porteuses dans les domaines des thérapies artistiques se développent: l’art-thérapie et la musicothérapie sont des pratiques répandues dans le monde médical.

D’autres initiatives originales existent en Fédération Wallonie-Bruxelles: la lecture de livres aux bébés nés prématurément, soutenue par le service général des lettres et du livre; des pratiques mixtes entre des artistes contemporains et des artistes porteurs d’un handicap mental; le développement d’activités aux finalités thérapeutiques affirmées, notamment dans le secteur muséal qui propose des visites à des personnes atteintes d’autisme ou de surdité. Dans le secteur des arts de la scène, des associations se consacrent essentiellement à l’organisation d’activités similaires.

En ce qui concerne plus particulièrement l’enfance, l’Office de la naissance et de l’enfance (ONE) intègre depuis plusieurs années la dimension d’éveil culturel dans ses actions. Il organise ainsi des activités théâtrales et des coins lecture dans les milieux d’accueil et invite des conteuses ou conteurs à se rendre chez les accueillants. Il mène également des activités d’éveil culturel et musical dans les lieux de rencontre enfants-parents et dans les consultations pour enfants, ainsi que des activités culturelles dans les écoles de devoirs.

L’administration générale de la culture et l’ONE collaborent régulièrement sur des projets spécifiques dans le cadre de la formation continue des professionnels, comme la création du livre «Bon…» de Jeanne Ashbé, qui a été distribué gratuitement à tous les nouveau-nés. L’ONE a également participé au plan «Lecture» de la Fédération Wallonie-Bruxelles. Les partenariats et synergies entre les secteurs de la culture, de la santé et de l’enfance sont essentiels. L’ensemble de ces matières sont déjà gérées de manière transversale et collaborative au sein des administrations de l’ONE et de mon cabinet.

Réplique de Sabine Roberty :

Je constate un regain d’enthousiasme pour cette thématique. Le rapport de l’OMS permet de considérer l’art de soigner sous un angle nouveau, en reconnaissant les apports du chant, de la musique ou de la peinture. Il offre une clé supplémentaire pour améliorer la santé physique et mentale. En publiant ce rapport, l’OMS souhaite également sensibiliser le public aux bienfaits des activités artistiques pour la santé. Notre rôle est de veiller à ce que le message soit entendu.

 

NEwsletter