Le développement des points « Handicontact »

Les points « handicontact » visent à orienter les personnes en situation de handicap ainsi que leurs proches en leur permettant de s’adresser directement à un référent au sein des services communaux. Comment leur donner une meilleure visibilité ?

Question écrite du 05/11/21 de Sabine Roberty à Christie Morreale, Ministre de l’action sociale

Le projet « Handicontact » a été lancé en 2004 à la suite d’une initiative des Commissions subrégionales de coordination de l’AViQ (AWIPH à l’époque).

Il vise à orienter les personnes en situation de handicap ainsi que leurs proches en leur permettant de s’adresser directement à un référent au sein des services communaux.

La coordination est assurée par l’AViQ et l’ensemble des communes wallonnes ont été sollicitées au moment de la mise en place du projet. Actuellement il semble que 217 communes proposent les services d’une cellule « Handicontact » à leurs citoyens, certaines accueillant même plusieurs référents.

Quelles dispositions Madame la Ministre a-t-elle mises en place pour favoriser l’adhésion des communes au projet et éventuellement augmenter le nombre de partenaires ?

Comment assure-t-elle une visibilité suffisante des points « Handicontact » existants ? Travaille-t-elle en partenariat avec son collègue en charge des pouvoirs locaux ?

Réponse du 30/11/21 de la ministre

La principale mission d’un handicontact est d’informer et d’orienter toutes les personnes en situation de handicap et leur entourage vers les services aptes à répondre à leurs besoins.

Le handicontact relaye aussi les initiatives favorisant l’intégration et la pleine participation des personnes en situation de handicap à la vie de la commune. Le handicontact n’agit pas seul dans ces tâches, mais au cœur d’un réseau permettant de guider la personne vers l’organisme, l’association, le service le mieux à même de répondre à sa demande.

Actuellement, 253 villes et communes disposent d’un handicontact.

Des mouvements de personnel, liés notamment à des départs à la pension, interviennent régulièrement au sein des pouvoirs locaux, aussi l’AViQ actualise-t-elle régulièrement la liste des handicontacts.
Celle-ci est disponible sur le site internet de l’AViQ via l’adresse suivante : https://www.aviq.be/handicap/awiph/projets_nationaux/handicontact/handicontact.html .

Afin de promouvoir cette fonction dans les villes et communes, la Direction de la coordination des bureaux régionaux de l’AViQ entreprend des contacts avec les communes ne disposant pas de référent handicontact, ceci en partenariat avec les Commissions subrégionales et la DG Intérieur et Action sociale du SPW.

En outre, pour favoriser l’adhésion au projet handicontact, des tables rondes sur différentes thématiques sont organisées annuellement. Des rencontres systématiques et personnalisées sont programmées avec chaque nouveau référent handicontact.

En fonction de la charge de travail et de la population du ressort de chaque commune, cette fonction est assurée soit à temps partiel soit à temps plein.

Concernant la visibilité des points handicontact existants, et comme évoqués ci-dessus, l’AViQ tient à jour une liste des référents par commune qu’elle publie sur son site internet. Les 7 bureaux régionaux et le Numéro gratuit de l’Agence utilisent bien sûr cette liste afin d’orienter et informer les personnes qui les sollicitent. Et dans ce cadre, ils entretiennent des contacts réguliers avec les référents handicontact.

L’information, la sensibilisation et la promotion sont également assurées par l’AViQ entre autres via le magazine « C’est l’AViQ » et la page Facebook de l’Agence. Ceci contribue également à cette visibilité.

 

NEwsletter