FWB – Les Dispositifs d’urgence sociale

Les dispositifs d’urgence sociale ont pour objectif de favoriser la coordination des services et d’organiser un système permettant aux personnes en détresse sociale d’obtenir une aide à tout moment. Une évaluation a-t-elle été menée ?

Question écrite de Sabine ROBERTY à Christie MORREALE, Vice-présidente et Ministre de l’emploi, de la formation, de la santé, de l’action sociale, de l’égalité des chances et des droits des femmes sur les dispositifs d’urgence sociale

En 2010, le Gouvernement wallon à lancer un appel à projets dans le but d’organiser un système permettant aux personnes en détresse sociale d’obtenir une aide à tout moment. Ces dispositifs ont également pour objectif de favoriser la coordination des services en créant des pôles de mutualisation des ressources.

En 2017, 5 pôles d’urgence existaient et étaient subventionnés. Aujourd’hui, combien de DUS existent sur le territoire wallon ?

L’évaluation menée en 2015 avait mis en avant un certain nombre de problèmes, principalement liés au manque d’expérience des services.

En 2017, votre prédécesseur annonçait une nouvelle évaluation du dispositif. Celle-ci a-t-elle peut être menée ?

Si oui, que révèle la (les) évaluation(s) plus récentes ? Les DUS parviennent-ils à mener efficacement leurs missions ?

Un manque de visibilité de ces dispositifs était également déploré, des mesures ont-elles été prises ?

Une extension de ce dispositif, éventuellement via un nouvel appel à projet, est-elle envisageable ?

Réponse de Christie MORREALE, Vice-présidente et Ministre de l’emploi, de la formation, de la santé, de l’action sociale, de l’égalité des chances et des droits des femmes

Six pôles d’urgence sociale sont actuellement subventionnés : les CPAS de Boussu (en partenariat avec les CPAS de Quaregnon et de Frameries), Erquelinnes (en partenariat avec les CPAS de Merbes-le-Château, d’Estinnes et de Lobbes), Mouscron (en partenariat avec le CPAS d’Estaimpuis), Péruwelz (en partenariat avec les CPAS de Beloeil, de Bernissart, de Brunehaut et de Leuze), Tubize (en partenariat avec le CPAS de Braine-le-Château) et Wavre (en partenariat avec les CPAS de Grez-Doiceau et d’Ottignies Louvain-La-Neuve).

L’évaluation qui avait été annoncée en 2017 n’a pas été réalisée.

Quant aux rapports d’activités 2018 transmis par les pôles, ils démontrent que le nombre d’interventions reste stable et que ces services sont de mieux en mieux connus des partenaires et intégrés au sein des réseaux.

En termes de perspectives, il apparaît opportun d’envisager leur financement dans un cadre plus pérenne ; dans un premier temps via une convention pluriannuelle.

Cette convention prévoira l’organisation annuelle d’un comité d’accompagnement, afin d’évaluer les pratiques et d’améliorer les dispositifs.

NEwsletter