FWB – Fureur de lire: retour sur l’édition 2020

Question orale du 10 novembre 2020 de Sabine ROBERTY à Bénédicte LINARD, vice-présidente du gouvernement et ministre de l’Enfance, de la Santé, de la Culture, des Médias et des Droits des femmes

Du 14 au 18 octobre, une multitude d’activités centrées sur la lecture étaient organisées en Fédération WallonieBruxelles. Fureur de lire, c’est le nom de cet événement annuel pensé pour un public d’enfants, d’adolescents, mais aussi d’adultes. Rencontres, animations, lectures, concours et expositions étaient au programme. Cette année, le thème de l’édition était «Lecture et territoires», un thème qui interpelle, invite au voyage et à l’imagination.

Madame la Ministre, êtes-vous d’ores et déjà en mesure de dresser un premier bilan de cette édition un peu particulière? A-t-elle rencontré le succès attendu? Combien de visiteurs a-t-elle mobilisés? La crise actuelle a-t-elle compromis le succès de cette édition? A-t-elle pu avoir lieu dans des conditions optimales au regard des mesures sanitaires de rigueur sur le territoire de la Fédération Wallonie-Bruxelles? Estimez-vous que tous les publics – adultes, enfants et adolescents – ont été touchés? L’événement semble-t-il susciter davantage l’intérêt d’une tranche d’âge précise? Sur la base de quels critères les contenus proposés aux différents publics sont-ils sélectionnés? À combien s’élève le montant de chèques disponibles pour la participation au concours «La Petite Fureur»? Le nombre de participations introduites cette année a-t-il chuté par rapport aux années précédentes?

Par le passé, plusieurs initiatives enthousiasmantes avaient été mises sur pied. Je pense notamment à une bibliothèque destinée à des enfants porteurs de handicap et gérée par des adultes également porteurs de handicap; à la découverte de la littérature jeunesse d’auteurs-illustrateurs de Wallonie et de Bruxelles par des mères primoarrivantes afin qu’elles les fassent ensuite découvrir à leurs enfants; ou encore à la formation des puéricultrices à la littérature de jeunesse et à l’exploration des récits devant un groupe d’enfants.

Ces quelques initiatives ont-elles été réitérées au cours de l’édition 2020? Plus généralement, depuis les débuts de cet événement annuel en Fédération WallonieBruxelles, a-t-on constaté un intérêt grandissant des publics concernés pour la lecture? Je devine que c’est difficile à déterminer, mais c’est pourtant l’un des objectifs majeurs de cette opération.

Réponse de Bénédicte LINARD

Madame la Députée, un premier bilan partiel de la Fureur de lire peut déjà être dressé. Près de 200 activités proposées par 150 opérateurs, à savoir des bibliothèques, des librairies, des crèches, des écoles et des centres culturels, figuraient au programme de la Fureur de lire 2020. À titre de comparaison, sachez qu’une édition normale compte en moyenne 350 activités.

La partie événementielle a certes été perturbée. Une dizaine d’opérateurs ont signalé qu’ils modifiaient ou annulaient leurs activités. Il est difficile d’avancer des chiffres relatifs à la fréquentation, mais les organisateurs ont privilégié les groupes restreints.

Par ailleurs, les activités proposées entre le 14 et le 18 octobre 2020 visaient tous les publics: adulte, adolescent, jeunesse et petite enfance. On compte cependant un plus grand nombre d’activités destinées au public familial, soit des enfants accompagnés de leurs parents ou de leurs grands-parents. Tous les publics sont également potentiellement concernés par les outils édités dans le cadre de la Fureur de lire. Ceux-ci font partie intégrante de l’opération de sensibilisation. Évoquons par exemple les plaquettes, soit de courts textes et albums de nos auteurs et auteures, illustrateurs et illustratrices; le concours «La Petite Fureur» pour les enfants de 3 à 13 ans; le livre offert aux bébés et aux parents et le livre offert aux enfants de première année maternelle, ainsi que les outils didactiques qui les accompagnent.

La sélection des contenus s’opère comme suit. Premièrement, toute activité liée à la lecture proposée par un opérateur est reprise dans le programme. Deuxièmement, en ce qui concerne les plaquettes, nos auteurs et auteures, illustrateurs et illustratrices, sont sollicités sur la base de critères tels qu’être lauréats de prix ou de bourses; pouvoir s’adresser à un public déterminé, marquer un intérêt pour l’opération, etc. Les plaquettes visent aussi à faire connaître le patrimoine littéraire belge. Troisièmement, les livres du concours «La Petite Fureur» sont sélectionnés par un jury composé d’enseignants, de bibliothécaires, de libraires, de responsables de centre de littérature de jeunesse et d’experts. Les livres, signés d’auteurs et d’illustrateurs de la Fédération Wallonie-Bruxelles, sont choisis pour leur diversité et leur capacité à susciter des activités créatives chez les lecteurs. Enfin, les livres offerts aux enfants de 0 à 3 ans – en collaboration avec l’Office de la naissance et de l’enfance (ONE) – ainsi que les albums offerts aux élèves de première année maternelle – en collaboration avec les bibliothèques –, sont sélectionnés par un jury d’experts issus de l’administration, du secteur de la littérature jeunesse, de ONE et de bibliothèques. Les livres sont de purs produits de la Fédération Wallonie-Bruxelles, en ce sens que leurs auteurs, illustrateurs ou encore éditeurs en sont issus.

Par ailleurs, la valeur des chèques pour la participation au concours «La Petite Fureur» est de 25 euros. Les 350 chèques disponibles permettent aux enseignantes et aux enseignants ainsi qu’aux écoles de devoirs de se procurer le livre sur lequel la classe décide de travailler. Le concours se terminant le 1er mars 2021, il est cependant trop tôt pour se prononcer sur le taux de participation. Le taux d’inscriptions ne laisse toutefois pas présager de diminution. L’édition 2019 comptait 5 100 enfants participants. Les activités antérieures que vous mentionnez ont été soutenues dans le cadre des appels à projets annuels «Fureur de lire» et du plan «Lecture». Ces dossiers sont analysés par un jury composé d’enseignants experts de l’enfance – grâce à l’ONE – et de la lecture. Certains opérateurs déjà soutenus sollicitent parfois un nouveau soutien l’année suivante pour pérenniser leur initiative et cette continuité est prise en considération par leur jury. Par exemple, la formation de puériculteurs et puéricultrices à la littérature de jeunesse était reprise dans le programme de 2020.

Enfin, la réalisation des objectifs de l’opération – principalement, renforcer l’intérêt du public pour la lecture – est difficile à évaluer. La Fureur de lire fait partie d’une pluralité de mécanismes développés en Fédération pour soutenir la lecture, tels que le plan «Lecture», le programme «Auteurs en classe» ou encore les colloques et formations pour bibliothécaires et enseignants. À titre indicatif cependant, en octobre, mon administration a répondu aux demandes d’enseignants ou de responsables associatifs ou culturels, en expédiant pas moins de 14 865 plaquettes «Fureur de lire» issues de l’édition de 2020.

 

Crédit photo: Photo de Kaushal Moradiya provenant de Pexels

NEwsletter