Le rôle des Centrales locales de mobilité en Wallonie

Les centrales de mobilité permettent d’informer les citoyens sur les moyens de transport disponibles sur un territoire. Quels sont précisément leurs missions ?

Question écrite de Sabine Roberty du 09/03/22 à Philippe Henry, Ministre de la mobilité

Les missions des CLM sont multiples et riches, telles que réaliser un inventaire des services de mobilité présents sur leur territoire, organiser et gérer les appels téléphoniques du numéro vert régional ou encore fournir une réponse adaptée à chaque demandeur, sans compter leur rôle d’éducation permanente auprès de la population.

Actuellement, les CLM sont des initiatives locales qui coopèrent avec la Centrale régionale de mobilité (CRM-W). Un travail est en cours pour élaborer un cadre réglementaire pour la CRM-W et les CLM. Un groupe de travail composé du Cabinet de Monsieur le Ministre, du SPW Mobilité et Infrastructures, de l’Autorité organisatrice du Transport (AOT) et de la CRM-W y travaille.

Monsieur le Ministre peut-il revenir sur les missions et objectifs portés par la CRW-M et les CLM ?

En ce qui concerne les CLM, quel public peut bénéficier de leurs services ? Combien de personnes ont fait appel à ces services des CLM en Wallonie en 2021 ?
Combien y a-t-il de CLM en Wallonie ? Sont-ils répartis équitablement sur le territoire ?
Combien de communes y adhèrent ? Quels sont les freins éventuels à l’adhésion des communes ?
Quelle communication son administration organise-t-elle vers les communes et les citoyens pour valoriser les CLM et leur travail ?

Où en sont les travaux du groupe de travail ? Celui-ci a-t-il pu rendre ses conclusions ? Ce nouveau cadre réglementaire devrait fixer le nombre de CLM. La création de nouvelles centrales est-elle envisagée ?

Réponse du 12/05/22

J’invite l’honorable membre à prendre connaissance de l’annexe jointe qui présente les missions que le Gouvernement wallon a décidé de confier à la centrale régionale de mobilité (CRM), ainsi qu’aux centrales locales de mobilité (CLM).

L’ensemble de la population wallonne peut faire appel aux services des CLM. Toutefois, le type de service de transport auquel la personne pourra accéder dépendra de sa situation personnelle. Par exemple, être une personne à mobilité réduite pour pouvoir bénéficier d’un service PMR.

Il y a eu plus de 23 500 appels en direction du numéro vert 0800 54 621 mis en place par la CRM en collaboration avec les CLM. Ce chiffre ne concerne que les appels liés au 0800 qui a été mis en place pour aider les personnes à trouver une solution de transport vers les centres de vaccination, ainsi que pour aider les personnes sinistrées lors des inondations de juillet.

Les CLM ont reçu de nombreux autres appels dans le cadre de leurs activités classiques dont les statistiques ne sont pas encore centralisées à l’heure actuelle.

Il est important de rappeler qu’à ce jour, il n’y a encore aucune Centrale Locale de Mobilité officiellement reconnue, dans la mesure où le cadre réglementaire qui va organiser cette reconnaissance est en cours d’élaboration. Ce cadre légal va à la fois organiser cette reconnaissance des CLM, mettre en place une coordination du Transport des Personnes à la Demande (TPàD) et permettre la mise en place des services de Mobilité locale flexible complémentaires aux transports en commun.

Toutefois, des « CLM pilotes » coopèrent déjà avec la CRM et bénéficient pour ce faire d’une aide régionale.

Ces CLM sont répartis sur l’ensemble du territoire wallon :
– Mobilesem – Charleroi Métropole – arrondissement de Philippeville ;
– Forum de la Mobilité – Province de Luxembourg ;
– CAPBW – Mobilité en Brabant Wallon ;
– CAPN – Mobilité – arrondissements de Namur et Dinant ;
– Fahrmit – CRM-W – Communauté germanophone ;
– Multimobil – zone Wallonie Picarde.

On le voit, la couverture du territoire wallon est partielle. C’est pourquoi la CRM a mis en place une coopération avec la fondation d’utilité publique APS (Agence Prévention et Sécurité) pour assurer temporairement la couverture du reste de la Région wallonne dans l’attente de nouvelles collaborations en Provinces de Liège et de Hainaut.

À l’heure actuelle, chaque CLM a un mode de fonctionnement qui lui est propre, et des sources de financement variables. Toutes ne coopèrent pas directement avec les Communes. Aussi, la notion « d’adhésion » des communes ne peut être comptabilisé. Cela fait également partie du travail réglementaire de définir précisément les missions des futures CLM vis-à-vis des communes.

Tant que le dispositif n’est pas complètement mis en place, la communication est limitée au site internet de la CRM (http://crm-w.be/). Bien sûr, dans le cadre du dispositif « vaccination », les coordonnées de la CRM-W et du 0800 ont été indiquées sur les courriers officiels adressés aux personnes appelées à se faire vacciner.

L’expérience actuelle menée par la CRM et les CLM est riche d’enseignements pour le groupe de travail qui élabore le cadre réglementaire. Des difficultés existent, tant il n’est pas simple de faire travailler ensemble des opérateurs et des structures qui n’ont jamais utilisé les mêmes méthodes et outils de travail. La Gouvernance notamment, constitue une difficulté importante due à l’imbrication des responsabilités et à la complexe question de l’indépendance des CLM face à la Région. Toutes ces difficultés temporaires doivent être aplanies par le cadre réglementaire en cours d’élaboration.

Le nombre de CLM n’est pas encore définitivement fixé, l’objectif étant bien entendu que l’ensemble du territoire wallon bénéficie de la présence d’une telle centrale, à l’écoute des besoins de mobilité locaux.

Source : Site du Parlement de Wallonie

 

NEwsletter