Grippe + covid : un mélange détonant ?

Question orale du 4 octobre 2022 de Sabine Roberty à Christie Morreale, Ministre de l’Emploi, de la Santé, de l’Action sociale et de l’Égalité des chances.

Madame la Ministre, l’automne est à nos portes et avec lui la saison de la grippe arrive à grands pas. Un virus de la grippe qui revient et qui risque de se combiner au covid toujours bien présent. Les experts ont ainsi alerté sur le risque d’une « twindémie », avec la combinaison de la propagation de ces deux virus.

D’un autre côté, Emmanuel André a récemment alerté sur l’émergence d’un nouveau sous-variant – depuis le dépôt de ma question, ils sont nombreux, les sous-variants – dans plusieurs pays du monde qui pourrait « jouer un rôle important prochainement ».

D’autres experts se sont montrés moins alarmistes par rapport à cette nouvelle souche dont on ne sait actuellement rien sur la contagiosité et la sévérité. Ils s’accordent cependant à dire qu’un nouveau sous-variant sera certainement bientôt dominant et rappellent l’importance de la vaccination, en particulier pour les plus de 50 ans.

Alors, Madame la Ministre, voici toute une série de questions. Avez-vous anticipé chez nous la saison grippale qui risque de se produire parallèlement au covid ? Avez-vous porté cette question au sein de la CIM Santé ? Une sensibilisation à la vaccination est-elle organisée autour des personnes les plus vulnérables, par exemple via la première ligne de soins ? Qu’en est-il des maisons de repos et de soins ? Pourquoi ne pas initier une double sensibilisation à la possibilité de se vacciner contre la grippe et contre le covid, à destination, justement, des personnes les plus vulnérables ? Pourquoi ne pas relancer les campagnes initiées dans les maisons de repos lors de la crise covid précédente pour assurer une vaccination contre la grippe également ? Avez-vous porté cette question au sein de la CIM Santé ? En ce qui concerne le possible sous-variant, avez-vous demandé avec la CIM un avis du RAG à ce sujet ? Quelle lecture faites-vous de la situation actuelle ? La campagne de vaccination permettra-t-elle de vacciner à temps les publics les plus fragiles ? Que mettez-vous en place pour assurer la réalisation de cet objectif ? Qu’en est-il de l’efficacité des vaccins actuels par rapport à l’installation d’un nouveau sous-variant ?

Réponse de Christie Morreale, Ministre de l’Emploi, de la Santé, de l’Action sociale et de l’Égalité des chances.

 Mesdames les Députées, merci à toutes les deux pour cette question qui, à mon avis, est importante pour une partie de la population.

La vaccination contre la grippe et le covid-19 diffèrent par leurs organisations et par leurs temporalités, même si, comme l’a publié l’avis du Conseil supérieur de la santé en avril : « La vaccination simultanée contre le covid-19 et la grippe saisonnière est possible, sûre et efficace. » Le Conseil supérieur de la santé a surtout recommandé – et c’est le message principal – de ne pas retarder une vaccination par rapport à l’autre. Une meilleure protection est apportée si le timing est respecté. Donc, toutes les personnes qui ont reçu leur invitation pour le moment à se faire vacciner, elles ne doivent pas attendre. Il est préférable, on le voit tous les jours – aujourd’hui encore, Marius Gilbert l’exprime – il faut aller se faire vacciner contre le covid-19 en raison de l’augmentation. Et le pic est attendu entre – on dira – mi-octobre et mi-novembre. Il est important d’être protégé avant que le pic ne soit atteint pour éviter de développer une forme sévère, principalement quand on a plus de 65 ans et qu’on est malade, immunodéprimé ou si on le souhaite en général parce qu’on est peut-être en contact avec des personnes plus fragiles. En sachant qu’il faut 10 à 15 jours pour développer son immunité. Raison pour laquelle il faut le faire avant que le pic n’arrive.

La vaccination contre la grippe est prise en charge par la première ligne de soins, en particulier par les généralistes, par les pharmaciens qui sont le moteur de la vaccination contre la grippe. Dans ce cadre et depuis d’ailleurs plusieurs années, une campagne d’informations qui vise la grippe et la vaccination est organisée par la Wallonie via l’AViQ dès la fin du mois de septembre, pour une vaccination qui démarre à partir de la mi-octobre. Il y a des envois aux médecins généralistes, aux pharmaciens de newsletters. L’AViQ met aussi des flyers et des affiches à disposition. Il y a aussi des informations qui sont régulièrement mises à jour sur le site et les réseaux sociaux de l’AViQ.

Dans les maisons de repos, la vaccination contre la grippe est une vaccination individuelle prise en charge par le généraliste du résident ou de la résidente. Le Fédéral, comme il l’a fait l’année dernière, a pris la disposition qui permet d’aller chercher son vaccin sans disposer de prescription préalable. Cela stimule – et c’est l’objectif – un maximum la vaccination. […]

Nous voyons que nous pouvons vacciner de manière plus large les personnes à risques de complications pour éviter de surcharger le système de santé. La vaccination du personnel de santé est aussi essentielle – je m’adresse à Mme Roberty qui a évolué dans le milieu hospitalier –, non seulement pour protéger indirectement les patients, mais aussi pour assurer sa disponibilité.

Enfin, la quantité disponible permet d’étendre plus largement la vaccination, notamment avec la collaboration des employeurs et des services de médecine du travail. La conférence interministérielle Santé n’a pas de compétence en matière de campagne de sensibilisation pour la vaccination contre la grippe.

L’efficacité des vaccins contre le covid est validée pour tous les sous-variants actuels, considérant que la vaccination la plus large constitue une meilleure protection, quel que soit le sous-variant. Bien entendu, personne ne peut prédire l’avenir et l’éventuel échappement d’un nouveau sous-variant particulièrement virulent. C’est la raison pour laquelle, que ce soit par ailleurs le Conseil supérieur de la santé ou le Risk Assessment Group suivent avec une grande attention à épisodes très courts l’évolution de la situation sur le plan international, que ce soit en termes de dispersion, en émergence de variants ou encore en gravité.

La campagne de vaccination d’automne contre le covid initiée le 12 septembre s’est élargie depuis le 3 octobre. Il y a 22 centres de vaccination qui sont disponibles en Wallonie et qui sont accessibles désormais sans rendez-vous à tous les citoyens qui le souhaitent. En vue de garantir une facilité d’accès à la vaccination, celle-ci peut également s’effectuer dans plus de 300 pharmacies partenaires. Cela continue d’augmenter, puisque les demandes sont importantes. Il y a aussi un certain nombre de médecins généralistes participants. Le Fédéral a permis de faciliter un peu la situation pour que les généralistes puissent disposer en direct de vaccins dans leur cabinet. Cela se fait très progressivement et va prendre encore un peu de temps. Le début de cette campagne s’adressait aux publics à risques, que sont les personnes qui ont 50 ans et plus, les personnes immunodéprimées et le personnel soignant. À présent, toute personne qui a entre 18 à 49 ans peut également recevoir sa deuxième dose booster. Vous savez que la deuxième dose booster n’est disponible que pour les personnes de 18 ans et plus, pas pour les mineurs. Les personnes n’ayant pas encore reçu leur premier vaccin ou leur première dose booster auront l’occasion de se faire vacciner.

On me dit que l’ouverture de la vaccination dans les pharmacies a conduit sporadiquement de faire venir une personne qui n’était pas encore protégée, de lui permettre de se protéger en première dose. Tout citoyen qui veut recevoir plus d’informations peut se rendre sur le site jemevaccine.be. Ce sont des décisions qui rentrent dans notre volonté de garantir une protection vaccinale optimale des citoyens. En cas de vaccination le même jour contre la grippe et contre le covid, l’indication médicale étant de le faire chacun dans un bras différent.

 

Réplique de Sabine Roberty

Merci, Madame la Ministre, pour l’ensemble de vos réponses. Vous avez eu raison de rappeler que le Conseil supérieur de la santé signale bien que le vaccin contre le covid-19 et celui contre la grippe peuvent se faire en même temps. Vous avez même parlé d’un bras et puis l’autre pour le second vaccin. Il est inutile de reporter cette double vaccination. Ne perdons pas de temps. On imagine fort bien qu’après deux ans sans grippe, celle qui va arriver cette année va être terrible. Vous avez dit que j’avais travaillé en milieu hospitalier. J’ai vécu des épidémies de grippe où les services étaient complètement débordés – certainement moins débordés qu’avec la pandémie de covid-19 –, mais nous avons vécu sur le terrain une terrible pandémie il y a 20 ans. Il est donc vraiment important de souligner que se protéger de la grippe, même si elle n’est pas aussi mortelle, est aussi important que de se protéger contre le covid-19. Comme ma collègue l’a dit, nous connaissons maintenant les gestes barrières qui peuvent nous protéger, mais également protéger nos proches et les personnes les plus vulnérables. Ce sont des gestes simples : se laver les mains, se désinfecter les mains avec du gel hydroalcoolique, porter un masque quand on pense que l’on est malade, même d’un rhume, et aérer nos pièces, faire chacun et chacune attention à notre manière de vivre. Ce sont de petits gestes que l’on connaît et que l’on peut appliquer à chacun et à chacune au quotidien.

 

Crédit photo : Photo de CDC: https://www.pexels.com/fr-fr/photo/coronavirus-3992933/

NEwsletter