La présence d’écrans à bord des bus TEC

Retour sur un projet-pilote de la TEC qui a équipé deux bus d’écrans permettant notamment de visualiser les arrêts, un dispositif accompagné d’annonces sonores. Quels sont les résultats de ce projet pilote ? Une généralisation du dispositif est-elle prévue ?

Question écrite du 14 octobre 2019 de Sabine ROBERTY à Philippe HENRY, Vice-président et Ministre du Climat, de l’Energie et de la Mobilité sur les écrans à bord des bus TEC.

Monsieur le Ministre,

Durant une période de quatre mois, entre juillet et octobre 2018, le TEC a mené un projet-pilote en équipant un bus namurois de deux écrans. Ces écrans permettaient aux voyageurs de visualiser les arrêts de leur ligne, ceux-ci étaient aussi annoncés vocalement. Tout au long du parcours, les utilisateurs pouvaient aussi entendre diverses informations sur les TEC, mais aussi des anecdotes sur les arrêts.

Le retour des clients a été très positif avec 95,4% des voyageurs interrogés satisfaits de la qualité du service. Et ce sont 96,3% qui souhaitent voir l’action se généraliser à l’ensemble des véhicules.

On comprend en effet aisément l’intérêt des utilisateurs pour cette technologie qui augmenterait considérablement l’accessibilité aux TEC. En effet, ces annonces des arrêts faciliteront les trajets de chaque personne, par exemple lorsqu’elle utilise une ligne pour la première fois et pourrait éprouver des difficultés à s’orienter. Mais je pense aussi en particulier aux personnes malvoyantes qui bénéficieront des annonces sonores ou encore aux personnes sourdes ou à celles qui ne maîtrisent pas le français qui pourront visualiser leur trajet.

Monsieur le Ministre, sur base de cette expérience pilote, une évaluation plus complète devait être réalisée et un cahier des charges était attendu pour le premier trimestre 2019, celui-ci a-t-il pu être établi ? Des lignes prioritaires ont-elles été définies pour l’installation ? Si oui, sous quels critères ? Un budget a-t-il été défini pour équiper un maximum de bus avec cette technologie ? Enfin, des délais ont-ils été fixés pour la poursuite de la généralisation de l’installation ?

Pour terminer, nous l’avons dit, les écrans seront également utilisés pour diffuser d’autres informations. Monsieur le Ministre, est-il prévu de diffuser des publicités sur ces écrans ? A l’heure où nous sommes déjà fortement exposés à la publicité dans l’espace public, les annonces publicitaires seront-elles de tout ordre ou des critères de diffusion seront-ils définis ? 

Réponse du 4 décembre 2019 de Philippe HENRY, Vice-président et Ministre du Climat, de l’Energie et de la Mobilité

Le test lancé au cours de l’été 2018 s’inscrit dans une stratégie d’ensemble, développée par le TEC pour améliorer le niveau d’information du plus grand nombre de voyageurs, quel que soit leur niveau d’équipement. Cette réflexion couvre les différents canaux digitaux identifiés par le TEC dans sa stratégie (application mobile, site Internet, écrans à bord et aux arrêts…), afin que l’information proposée reste cohérente et simple d’accès sur l’ensemble des parcours clients.

Cette première expérimentation a été lancée pour préciser certains éléments avant d’envisager un déploiement à plus grande échelle, comme :

  • les coûts liés à la mise à disposition d’un tel service, tant au niveau de l’installation que des frais d’utilisation ;
  • le bénéfice offert aux clients et l’intérêt pour des services et informations complémentaires, telles que les anecdotes locales liées à certains points d’arrêt ou les actualités du TEC ou de la commune ;
  • les éléments devant nécessairement être inclus dans un cahier des charges ultérieur, pour améliorer la solution ou régler certains problèmes rencontrés lors de ce premier test.

Les premières conclusions de ce test (sur base des retours clients notamment) ont effectivement été positives et confirment l’intérêt de proposer ce type de solution. Une évaluation plus complète est en cours de réalisation.

En ce qui concerne le déploiement à plus grande échelle, le lancement du cahier des charges n’est prévu que pour la fin 2020, un problème informatique d’interfaçage entre les différentes applications de bord devant être précédemment résolu.

Afin d’optimiser les ressources, seuls les véhicules de moins de 5 ans seront concernés par cette amélioration (500 bus), qui devrait s’étaler sur 2022 et 2023. Le TEC prévoit ensuite d’équiper par défaut ses nouveaux véhicules d’écrans à bord, pour une généralisation progressive des installations.

Chaque bus sera équipé de deux écrans, un à l’avant et un au milieu pour assurer une bonne visibilité.

Un travail de réflexion doit encore être mené pour étudier les opportunités et l’intérêt de prévoir des usages additionnels pour ces écrans. L’ajout d’informations en partenariat avec un groupe média ou de contenus publicitaires sera étudié dans le cadre de cette analyse, en mettant en perspective l’impact sur les voyageurs et les bénéfices pour le TEC.

NEwsletter