PW – Combien d’hébergements insolites reconnus en Wallonie ?

Loger dans une cabane dans les arbres, dans une bulle ou dans une roulotte ? Les hébergements insolites sont régis par le Code wallon du tourisme : combien sont reconnus en Wallonie ? Leur visibilité est-elle suffisante ? Un accompagnement est-il prévu en cas de refus de reconnaissance ?

Question écrite du 8 octobre 2019 de Sabine ROBERTY à Valérie DE BUE, Ministre de la fonction publique, de l’informatique, de la simplification administrative, en charge des allocations familiales, du tourisme, du patrimoine et de la sécurité routière

Madame la Ministre,

Les hébergements insolites sont régis par des dispositions réglementaires du Code wallon du tourisme. La reconnaissance est octroyée par les services de Madame la Ministre après avis du Conseil du tourisme. Cette reconnaissance permet une majoration des subventions, sous conditions.

En janvier 2018, 18 hébergements insolites étaient officiellement reconnus.

D’autres reconnaissances ont-elles été accordées depuis ? Beaucoup de dossiers de candidatures doivent-ils encore être examinés ?

Parmi les candidatures, y-a-t-il beaucoup de refus de reconnaissance ? Quelles en sont généralement les raisons ? Un accompagnement par le CGT est-il possible ?

Ce « label » est-il assez connu des touristes ? Comment en augmenter la visibilité ?

Réponse du 28 octobre de Valérie DE BUE, Ministre de la fonction publique, de l’informatique, de la simplification administrative, en charge des allocations familiales, du tourisme, du patrimoine et de la sécurité routière

  • En janvier 2019, 18 hébergements touristiques (HT) ont obtenu la reconnaissance du caractère insolite ;
  • A la date du jour, 2 HT supplémentaires ont obtenu celle-ci et 3 dossiers de demande doivent être soumis à l’avis du Conseil du Tourisme ;
  • 15 HT ont eu un refus de cette reconnaissance ;
  • Au total, 38 dossiers de demande ont été introduits.

Les raisons de ces refus de reconnaissance tiennent au fait que le Conseil du Tourisme a estimé que ces projets ne rencontraient pas, ou à tout le moins « pas assez », la définition du caractère insolite consignée dans le Code wallon du Tourisme, à savoir : « Un hébergement touristique est considéré comme insolite lorsqu’il présente des caractéristiques contraires à l’usage commun, inattendues et inhabituelles notamment au regard de son architecture, de son usage détourné de sa vocation initiale, de l’originalité de ses activités et prestations, de sa situation géographique unique. »

Le Conseil du Tourisme a, par ailleurs, éprouvé des difficultés à apprécier lesdits critères lors de l’examen des dossiers au vu du caractère subjectif de certains d’entre eux. Je vais entamer une réflexion sur cette matière en collaboration avec le CGT. Elle portera d’abord sur un bilan de ces deux années de mise en œuvre des prescrits du Code wallon du Tourisme. Ce n’est que sur cette base que je pourrai alors envisager la possibilité d’un accompagnement ou d’une promotion accrue.

NEwsletter